Domaine de recherche

Mots-clés de A à Z

Navigation




Edition 4/2021

Changer de perspective

Revivre ces moments clé « sur le terrain » : Concocter un programme musical. Distribuer des prospectus en ville, en déposer dans les boîtes aux lettres des voisins. Soumettre un texte de programmation au tout dernier moment. Assurer l’accueil du public. Trinquer à la réussite collective après le concert. Revivre tout cela, non pas en tant que spectateur ou en tant que représentant de l’Office de la culture, mais en tant que membre du comité d’organisation. Concevoir, pour la première fois, un plan de protection, demander aux invités de respecter les règles de distanciation. Pour la première fois, au lieu de remplir la salle de chaises, en installer uniquement le nombre autorisé. Non pas en tant que responsable de la mise en œuvre de l’Ordonnance COVID dans le secteur de la culture, mais en tant que personne affectée par ces mesures.

En ce moment, j’évolue sur le terrain de la vie culturelle, même si ce n’est qu’en soirée ou le week-end. Le parc Morillon à Wabern se réveille cet été suite à un changement de mains. Ses nouveaux propriétaires souhaitent désormais mettre la villa et le parc à disposition d’initiatives culturelles. Je suis ravi de plonger, à nouveau, dans le travail effectué chaque jour par les centaines de personnes œuvrant dans l’évènementiel dans le canton de Berne, d’apprendre à connaître les défis qu’entraine la réouverture après la pandémie. Je participe donc à cette courte phase expérimentale, qui permettra d’accumuler de l’expérience pour une utilisation culturelle ultérieure du Morillon. À la fin de l’été, le service des monuments historiques prendra le relais lorsqu’il s'agira de rénover et de préserver soigneusement cet important patrimoine architectural.

Je suis actuellement en échange étroit avec les actrices et acteurs culturels. Ils me parlent du passé, de la situation actuelle, et de ce qui pourrait être à l’avenir. Je perçois les opportunités ainsi que les limites de la coopération entre institutions culturelles, avec les restaurateurs et les commerçants. Je rencontre un public qui fait preuve d’ouverture d’esprit, qui renoue enfin avec la culture vivante. J’ajuste nos plans constamment en raison de l’évolution des règles sanitaires, je guète nerveusement les prévisions météorologiques et le budget qui en dépend, je jongle avec des délais serrés et les contraintes temporelles du bénévolat.

J’ai fait du changement de perspective occasionnel un principe de ma vie professionnelle. Changer de camp me permet d’élargir mon horizon, de garder les pieds sur terre. C’est une source de motivation pour mon travail quotidien. Cela me permet aussi d’apprécier – encore et toujours - l’immense engagement de ces nombreuses personnes qui rendent possible la vie culturelle de notre canton et qui renforcent sa diversité.

Hans Ulrich Glarner, chef de l'Office de la culture

Le parc Morillon, juin 2021, Hans Ulrich Glarner

Agrandir l'image Le parc Morillon, juin 2021, Hans Ulrich Glarner


Informations supplémentaires

 


Mon panier ([BASKETITEMCOUNT])

Informations sur ce site Internet

https://www.erz.be.ch/erz/fr/index/direktion/organisation/amt_fuer_kultur/newsletter_kultur_abonnieren/ausgabe_4_2021.html