Domaine de recherche

Mots-clés de A à Z

Navigation




La ruine du Jagdburg – exploration d’un château médiéval tardif

Le fort en ruine qui surplombe la vallée du Stockental est en mauvais état depuis longtemps. Les travaux de restauration ont pu commencer au printemps 2020 grâce aux efforts conjugués de la fondation, de l’association et du Service archéologique du canton de Berne. Mais la fondation cherche encore des fonds pour mener ce projet à terme cette année.  

La ruine de Jagdburg est un objet extrêmement intéressant. Sa position elle-même est déjà inhabituelle : situé sur un étroit éperon de terre au nord de la vallée du Stockental, le fort n’a pas été construit au point le plus haut, d’où le lac de Thoune serait entièrement visible, mais domine la vallée du Stockental vers laquelle il est tourné. La genèse de ce fort n’est pas banale non plus puisqu’il s’agit d’un château érigé seulement autour de 1300, sur un emplacement vierge de ce type de construction. A l’origine de cette édification : la cession illégale du Stockental, alors propriété des chanoines d’Amsoldingen, ordonnée par le prévôt Heinrich von Wädenswil. Pour quel motif ? L’ecclésiaste créait ainsi un domaine pour son fils Berchtold, né d’une liaison illégitime.

La construction en elle-même est tout aussi étonnante : outre plusieurs ouvertures étroites au niveau inférieur, la tour d’habitation possède une entrée de plain-pied et des murs épais de seulement 1,6 m. De plus, elle n’était pas entièrement en pierre à l’origine : deux niveaux maçonnés formaient un socle sur lequel reposait un étage supérieur en bois. Au premier étage, une salle comportait des baies ouvertes à coussièges. Au-dessus, un autre étage comptait plusieurs pièces pouvant être chauffées. Apparemment, la tour s’est vite révélée trop petite et un bâtiment à deux niveaux au moins lui a été accolé sur sa face ouest. Enfin, après un incendie qui n’est pas daté, le fort a été rehaussé de deux niveaux en pierre.

Vue des faces nord et est du fort en ruine ; en arrière-plan le Stockhorn. © Service archéologique du canton de Berne, Philippe Joner

Agrandir l'image Vue des faces nord et est du fort en ruine ; en arrière-plan le Stockhorn. © Service archéologique du canton de Berne, Philippe Joner

La restauration de murailles en ruine entraîne aussi la suppression de pierres disloquées du mortier liant. © Service archéologique du canton de Berne, Leta Büchi

Agrandir l'image La restauration de murailles en ruine entraîne aussi la suppression de pierres disloquées du mortier liant. © Service archéologique du canton de Berne, Leta Büchi

La baie à coussièges la mieux conservée dans le mur nord a été reconstruite conformément aux vestiges découverts. © Service archéologique du canton de Berne, Leta Büchi

Agrandir l'image La baie à coussièges la mieux conservée dans le mur nord a été reconstruite conformément aux vestiges découverts. © Service archéologique du canton de Berne, Leta Büchi


Informations supplémentaires

 


Mon panier ([BASKETITEMCOUNT])

Informations sur ce site Internet

https://www.erz.be.ch/erz/fr/index/direktion/organisation/amt_fuer_kultur/newsletter_kultur_abonnieren/ausgabe_3_2021/jagdburg.html