Domaine de recherche

Mots-clés de A à Z

Navigation




Priorité d’encouragement « Continuer – Subventions de développement et d’approfondissement pour les acteurs et actrices culturelles » : interview avec Sibylle Birrer, cheffe de la Section Encouragement des activités culturelles du canton de Berne

Rédaction : Face à la situation exceptionnelle que nous vivons, la Section Encouragement des activités culturelles du canton met au concours la priorité d’encouragement « Continuer – Subventions de développement et d’approfondissement pour les acteurs et actrices culturelles ». Il s’agit d’une mesure limitée dans le temps entre mars et fin août 2021. Que vise ce concours ? Pourquoi une telle priorité d’encouragement est-elle nécessaire ?

Sibylle Birrer : Dans le domaine de la culture, et donc aussi dans celui de l’encouragement des activités culturelles, la pandémie de coronavirus a complètement bouleversé la réalité que nous connaissions. Durant près de neuf mois, la vie culturelle a été à l’arrêt, avec des conséquences existentielles sur la pratique professionnelle de nombreux acteurs et actrices culturels : sans représentations, expositions ni concerts, ils sont privés à la fois de toute résonnance au sein du public et de cachets. Certes, les indemnisations, financées à parts égales par la Confédération et le canton, couvrent 80 pour cent des pertes financières. Mais elles ne comblent pas le vide substantiel généré chez beaucoup d’artistes par l’impossibilité d’exercer leur métier.

Un deuxième aspect vient aggraver la situation : plus la fermeture des lieux culturels, ou leur exploitation à jauge réduite, dure, plus les salles de spectacle connaissent un « embouteillage » des productions : la liste des représentations en attente est très longue. Pourquoi alors poursuivre, sans aucune correction, notre pratique « normale » de la promotion, qui consiste à soutenir financièrement les acteurs et actrices culturels principalement lorsqu’ils ou elles souhaitent présenter au public de nouvelles productions ?  

Cette priorité d’encouragement met bien l’accent sur ce que désigne son nom : « continuer ». Dans les mois à venir, qui restent hors du commun car marqués par la pandémie pour une durée imprévisible, les acteurs et actrices culturels doivent avoir la possibilité d’approfondir leur mode de création, voire de développer une nouvelle aptitude ou de modifier leur pratique précédente, sans que la phase de création ne s’achève systématiquement par un nouveau concert ou une nouvelle exposition. En outre, dans le cadre des aides COVID-19 pour la culture, afin de s’adapter à la réalité modifiée par la pandémie, les entreprises culturelles peuvent solliciter des contributions pour des projets de transformation. Les acteurs et actrices culturels, eux, n’ont pas accès à ces aides. Mais une subvention accordée dans le cadre de l’initiative « Continuer » peut leur permettre – à titre d’indépendant‑e‑s, d’intermittent‑e‑s ou de collectifs – de s’engager à leur tour dans cette voie si un tel changement est pertinent dans leur cas.

Qui peut participer à la mise au concours et qui juge les candidatures ?  

La mise au concours est ouverte aux acteurs et actrices culturels francophones ou germanophones de tout le canton de Berne, dans les branches de la danse, du théâtre, de la littérature, de la musique et des arts visuels. Les artistes individuel‑le‑s peuvent solliciter un montant allant jusqu’à 10 000 francs, les collectifs ou groupes un montant allant jusqu’à 15 000 francs. En tant que service d’encouragement cantonal, nous mettons en œuvre cette priorité d’encouragement en collaboration avec les experts et expertes de nos commissions culturelles et avons le plaisir de pouvoir compter sur une bonne collaboration avec le Conseil du Jura bernois.

Comment cette priorité d’encouragement est-elle financée ?

Pour permettre à cette grande priorité d’encouragement d’exister, il est nécessaire cette année – ici encore en étroite concertation avec nos commissions cantonales pour le théâtre et la danse, la littérature, la musique et les arts visuels – de renoncer à différentes aides spécialisées telles que le Prix de la culture du canton de Berne, les bourses culturelles ou d’autres instruments d’encouragement individuel. Pour la deuxième année de pandémie, plutôt qu’un soutien accordé à quelques artistes exceptionnels, nous puisons dans les fonds du financement culturel ordinaire pour soutenir un plus grand nombre de professionnels actifs dans la création artistique. Nous voulons en effet utiliser les moyens disponibles pour l’encouragement aux activités culturelles d’une manière adaptée à la situation actuelle. Et notre approche a rencontré un écho favorable auprès des parties concernées et des décideurs.

Entre indemnisations COVID pour pertes financières d’un côté et financement culturel ordinaire de l’autre, où la priorité d’encouragement « Continuer » se situe-t-elle ?

Les indemnisations pour pertes financières liées au COVID sont une sorte de prestation d’assurance : elles couvrent les dommages résultant de la pandémie, sont rétroactives et viennent compenser ce qui n’a pas pu avoir lieu. A l’inverse, nos prestations régulières d’encouragement culturel sont octroyées à des manifestations et projets concrets en complément aux aides communales et concernent un futur bien précis et clairement envisageable.

Mais en ce moment, nous nous trouvons un peu entre les deux. Cet entre-deux peut être une chance pour la création artistique, car il offre un temps de réflexion, de recherche et de développement. Il doit néanmoins être financé. Une subvention « Continuer » n’est ni une aide d’urgence, ni une compensation de dommages. C’est une contribution au phénomène sous-jacent de la création artistique : le long processus de maturation, de développement et de création qui prend place avant qu’une œuvre ne rencontre son public.  

D’autres adaptations de l’encouragement cantonal des activités culturelles sont-elles prévues compte tenu du changement des besoins provoqué par la pandémie ?

Après une année extrêmement éprouvante, le secteur culturel traverse une autre année tout aussi difficile. Personne d’entre nous ne sait encore exactement à quoi ressemblera la réalité d’après-pandémie pour les acteurs et actrices culturels comme pour le public. Nous cherchons donc d’autant plus, dans notre encouragement des activités culturelles, à réagir maintenant et dans un avenir proche à la conjoncture engendrée par le COVID en procédant à des adaptations temporaires. Nous informons en continu sur ces adaptations sur notre site Web et lors de nos manifestations Zoom menées dans le cadre des aides COVID à la culture.   

Afin d’avoir une image aussi nuancée que possible de la réalité actuelle dans le secteur culturel bernois tout en étant réactifs, nous organisons des séances pour recueillir les échos significatifs des autres services publics de promotion culturelle du canton et des experts et expertes des commissions culturelles, porteurs d’un regard différencié sur les scènes de l’ensemble du canton. Nous espérons ainsi non seulement être en mesure de réagir à court et à moyen terme, mais également être préparés à des changements à long terme.  

Sibylle Birrer, cheffe de la Section Encouragement des activités culturelles du canton de Berne
Photo: Christophe Joset

Agrandir l'image Sibylle Birrer, cheffe de la Section Encouragement des activités culturelles du canton de Berne Photo: Christophe Joset

Flyer Priorité d'encouragement 2021. Illustration: Basil Anliker

Agrandir l'image Flyer Priorité d'encouragement 2021. Illustration: Basil Anliker


Informations supplémentaires

 


Mon panier ([BASKETITEMCOUNT])

Informations sur ce site Internet

https://www.erz.be.ch/erz/fr/index/direktion/organisation/amt_fuer_kultur/newsletter_kultur_abonnieren/ausgabe_3_2021/interview_sibyllebirrer.html