Domaine de recherche

Mots-clés de A à Z

Navigation




Nouvelles découvertes archéologiques au Schnidejoch

C’est en 2003 que la glace du Schnidejoch a libéré ses premiers objets archéologiques, suscitant l’attention d’un public international de spécialistes et d’amateurs pendant les années qui ont suivi. Les épisodes caniculaires des étés 2018 et 2019 ont livré un nouveau lot d’artéfacts.

Les glaciers et les névés sont des archives archéologiques très précieuses. Ils renferment de multiples informations sur les hommes préhistoriques et leurs activités dans l’espace alpin car la glace peut conserver pendant des centaines et des milliers d’années des objets faits de matériaux organiques, comme du cuir ou des fibres végétales.

En 2003, une randonneuse qui empruntait le Schnidejoch, ce passage qui relie la Lenk, dans l’Oberland bernois, et Ayent, en Valais, trouva un objet en écorce de bouleau sur un névé. Il apparut qu’il s’agissait d’un morceau de carquois datant du Néolithique (datation de 2900 à 2700 av. J.-C.). Cette découverte déclencha des campagnes de fouilles sur le terrain, qui permirent de mettre au jour des centaines d’objets. Le névé est resté stable de 2009 à 2017, mais il a recommencé à fondre suite aux épisodes caniculaires des deux derniers étés. Il a donc fallu procéder à trois fouilles de sauvetage à l’automne 2019.

Aujourd’hui presque entièrement disparu, le névé était niché dans une combe. Il a libéré une trentaine d’artéfacts, que les premières datations au radiocarbone situent entre 4800 et 4200 avant notre ère. Plusieurs de ces vestiges sont remarquables, en particulier une série de branches travaillées, un morceau de cuir portant des restes de fourrure et un tissu en fibres de tilleul (20 x 30 cm). Le laboratoire de conservation du Service archéologique s’emploie actuellement à dégager le tissu en vue de sa conservation.

Le Schnidejoch au fond et le névé à droite le 10 septembre 2018. Le névé fait à peu près la même surface qu’à l’automne 2009. En 2005, le pierrier sur l’épaulement à gauche était encore recouvert de glace. Vue en direction du sud. © Service archéologique du canton de Berne, Regula Gubler.

Agrandir l'image Le Schnidejoch au fond et le névé à droite le 10 septembre 2018. Le névé fait à peu près la même surface qu’à l’automne 2009. En 2005, le pierrier sur l’épaulement à gauche était encore recouvert de glace. Vue en direction du sud. © Service archéologique du canton de Berne, Regula Gubler.

Le 4 septembre 2019, le névé a pratiquement disparu. Il subsiste uniquement dans les parties les plus encaissées de la combe, à droite. © Service archéologique du canton de Berne, Regula Gubler.

Agrandir l'image Le 4 septembre 2019, le névé a pratiquement disparu. Il subsiste uniquement dans les parties les plus encaissées de la combe, à droite. © Service archéologique du canton de Berne, Regula Gubler.

Un échantillon du tissu en fibres de tilleul a été daté du Ve siècle avant notre ère par la méthode du radiocarbone. © Service archéologique du canton de Berne, Ulrich Winkelmann.

Agrandir l'image Un échantillon du tissu en fibres de tilleul a été daté du Ve siècle avant notre ère par la méthode du radiocarbone. © Service archéologique du canton de Berne, Ulrich Winkelmann.


Informations supplémentaires

 


Mon panier ([BASKETITEMCOUNT])

Informations sur ce site Internet

https://www.erz.be.ch/erz/fr/index/direktion/organisation/amt_fuer_kultur/newsletter_kultur_abonnieren/ausgabe_1_2020/schnidejoch.html