Domaine de recherche

Mots-clés de A à Z

Navigation


  • Deutsch


En 2020, les Prix de la musique du canton de Berne sont décernés…

… à AKKU Quintet, au compositeur Xavier Dayer, au chanteur Stephan Eicher et aux deux inventeurs du Hang, Sabina Schärer et Felix Rohner. Les Prix de la musique sont chacun dotés d’un montant de 15 000 francs. Récompensant les jeunes talents, le prix « Coup de cœur », d’un montant de 3000 francs, revient à Marie Delprat.

Le dénouement semblait inéluctable depuis un certain temps déjà : compte tenu de la situation actuelle, la Section Encouragement des activités culturelles du canton de Berne n’organisera pas de remise des prix dans le cadre habituel. Nous avons donc d’autant plus à cœur de vous présenter les musiciens et musiciennes lauréats et de les mettre à l’honneur.

Marie Delprat, jeune talent à la croisée des disciplines

Née à Bordeaux (FR), la musicienne, compositrice et performeuse Marie Delprat a achevé en 2015 sa formation de flûtiste à bec à la Haute école des arts de Berne sous la direction de Michael Form. Elle est également titulaire d’un master en composition et théorie et d’un master en pédagogie. Aussi virtuose en musique ancienne qu’en théâtre musical ou encore en musique électronique, elle est sans cesse à l’affût d’échanges enrichissants avec d’autres disciplines telles que la danse, le cinéma ou la performance. Au cours des dernières années, Marie Delprat a créé trois productions scéniques, dont la dernière s’intitule « Rage(s) ». Ses accomplissements ne s’arrêtent pas là : elle a aussi fondé deux ensembles, un de musique baroque et un de musique contemporaine, et est membre du comité de la section bernoise de la Société internationale pour la musique contemporaine (IGNM), qui organise des concerts et des projets dans différents lieux de Berne.

Un instrument de musique et bien plus encore : l’instrument-sculpture Hang de Sabina Schärer et Felix Rohner

Sabina Schärer et Felix Rohner sont les créateurs de la sculpture sonore Hang, un instrument joué aux quatre coins de la planète. Leur collaboration de longue date a commencé au sein du groupe de steel drum « Berner Ölgesellschaft », premier du genre dans le canton de Berne. Ils se sont alors mis à jouer de ces « tambours d’acier » (ou pans) et à étudier leur son tout en s’intéressant aussi au travail de sculpture au marteau. Les deux inventeurs ont ensuite conçu un matériau inédit, sans métal, avec lequel ils ont fabriqué toute une série de percussions jouées à la main (qui se dit « Hang » en bernois). L’aboutissement de leurs expérimentations, le Hang, a su capturer l’esprit des années 2000. Les sonorités envoûtantes, fruit d’un grand savoir-faire, et la forme plaisante de cet instrument que l’on pose sur les genoux ont conquis un large public. Adoptée par des musiciens et musiciennes aux styles les plus variés, le Hang a en outre eu le mérite de démocratiser la pratique d’un instrument de musique, loin d’aller de soi.

Depuis quelques années, les fils de Felix Rohner, David et Basil, ont rejoint le collectif d’artistes de PANArt Hangbau. Sous leurs coups de marteau est née toute une palette de nouvelles sculptures sonores dans la lignée du Hang.

Stephan Eicher, l’ambassadeur du bernois et de la culture bernoise

Le musicien suisse, qui a grandi à Münchenbuchsee dans le canton de Berne, a apporté le « Bärndüütsch » dans les salles de concert du monde entier : à la fin des années 1990, un public parisien enthousiaste a même chanté en chœur sa reprise de la chanson « Hemmige » de Mani Matter – sans vraiment en comprendre les paroles. Loin de se limiter au bernois, Stephan Eicher chante également en français, en allemand, en anglais et en italien. Lui et son frère Martin ont acquis la notoriété auprès du public germanophone dans les années 1980 au sein du groupe Grauzone, dont le single « Eisbär » reste l’un des plus grands succès suisses de tous les temps et l’hymne du mouvement de cette époque. A ce jour, Stephan Eicher a sorti une vingtaine d’albums, dont plusieurs ont été sacrés disques de platine et d’or. Depuis peu, il est plus souvent de passage en Suisse et on a donc à nouveau des chances de le croiser à Berne. En 2019, il s’est associé au groupe bernois Traktorkestar pour composer l’album « Hüh! », qui a été suivi d’une tournée avec la plus grande fanfare de sa carrière.

Xavier Dayer : pour la diversité au sein de la musique contemporaine

Né à Genève en 1972, Xavier Dayer a étudié la composition dans sa ville de naissance avec Eric Gaudibert, puis à Paris avec Tristan Murail et Brian Ferneyhough au sein du légendaire Institut de recherche et coordination acoustique/musique (IRCAM). Ses compositions ont notamment été récompensées par des prix de la Bürgi-Willert-Stiftung et de la Sandoz-Stiftung (prix FEMS). Xavier Dayer a composé des œuvres pour le Grand Théâtre de Genève, l’Atelier lyrique de l’Opéra de Paris, le Festival d’automne de Paris, l’IRCAM, le Lucerne Festival, les Swiss Chamber Soloists et l’Ensemble Contrechamps. A son palmarès, pas moins de sept opéras, de nombreuses compositions de musique de chambre et une remarquable série d’œuvres vocales. En 2005, la Haute école des arts de Berne l’a nommé professeur de composition. Depuis avril 2009, il y est chargé du Master of Arts in Composition et s’engage avec ardeur à promouvoir la diversité dans la musique contemporaine. Le compositeur et enseignant s’est en outre fait un nom sur la scène contemporaine internationale au cours des dernières années.

AKKU Quintet, le prolifique groupe de Manuel Pasquinelli

Fondée par le batteur et compositeur bernois Manuel Pasquinelli, la formation AKKU Quintet est constituée du saxophoniste Michael Gilsenan, de la pianiste Maja Nydegger, du guitariste Markus Ischer et du bassiste Andi Schnellmann. Depuis 2010, les cinq musiciens prennent un plaisir visible à composer et jouer une multitude de morceaux – non sans prise de risques. Leurs quatre albums ont reçu un bel accueil sur la scène internationale. Appréhendant avec légèreté la complexité polyrythmique de leurs compositions, les musiciens réussissent à produire un véritable tourbillon émotionnel. Leurs prestations scéniques, appuyées par les effets visuels impressionnants de Jonas Fehr, transportent le public dans un univers quasi cinématographique. Depuis une dizaine d’années, le quintette de Pasquinelli nous livre un jazz tout simplement stupéfiant.

Photo mise à disposition par Marie Delprat.

Agrandir l'image Photo mise à disposition par Marie Delprat.

Xavier Dayer

Agrandir l'image Xavier Dayer

Photo mise à disposition par Sabina Schärer.

Agrandir l'image Photo mise à disposition par Sabina Schärer.

Stefan Eicher. Photo: Benoit Peverelli

Agrandir l'image Stefan Eicher. Photo: Benoit Peverelli


Informations supplémentaires

 


Mon panier ([BASKETITEMCOUNT])

Informations sur ce site Internet

https://www.erz.be.ch/erz/fr/index/direktion/organisation/amt_fuer_kultur/archive/ausgabe_7_2020/musikpreise2020.html