Domaine de recherche

Mots-clés de A à Z

Navigation




Edition 6/2014

Coups de théâtre

Mesdames, Messieurs,

Avec la pièce Via Mala de John Knittel présentée cet été, le Ballenberg en ce moment est le théâtre de scènes d’effroi. La dramaturgie est simple, la trame familière, le scénario soigné, l’effet puissant. Pas le temps de dire ouf, on entre tout de suite dans le vif du sujet. Puis, après l’ultime coup de poignard, pas de longs discours. Juste un bref épilogue. L’histoire semble s’achever sur un monde intact, mais le spectateur s’aperçoit vite qu’il s’agit d’un mirage. L’action se joue entre une ancienne scierie et une étable.
Autre pièce, autre issue tragique : un conflit apparemment insoluble aboutit au sacrifice d’une femme de caractère. Grâce à la mise en scène extraordinaire de Hansjörg Schneider, conçue spécialement pour le théâtre en plein air, les spectateurs et spectatrices ont pu découvrir la pièce Elsi, l’étrange servante comme s’ils étaient au cœur de l’action. L’un de ces rares soirs d’été, sur une colline de Signau, ils ont pu laisser leur regard se perdre bien au-delà des frontières bernoises et méditer sur le caractère intemporel de l’œuvre de Gotthelf.
Peter Leu, quant à lui, s’est emparé des manigances et rebondissements qui accompagnent toute idylle paysanne : au milieu d’un décor naturel joyeux au cœur de l’Emmental, à la fois champêtre et boisé, il propose une libre adaptation de Hans Joggeli, le cousin à héritage, une nouvelle de Gotthelf des plus savoureuses.
A l’occasion de ces trois représentations en plein air comme en haut du Gurten, à Jegenstorf ou à Langenthal, professionnels et amateurs façonnent ensemble de superbes projets théâtraux. Que ce soit sur la scène ou en coulisse, toutes les personnes qui travaillent sur une pièce offrent au public, grâce à leur formidable engagement, des moments chargés d’émotions. Ces projets montrent à quel point les échanges entre professionnels du théâtre, directeurs et directrices de projet à titre honorifique, comédiens et comédiennes passionnés et bénévoles peuvent être fructueux. Pour parvenir à un tel résultat, des objectifs communs, une répartition claire des rôles et des responsabilités, mais aussi de la confiance et du respect mutuels sont nécessaires. Tout cela passe avant les compétences spécialisées. Lorsque l’été s’achèvera, et avec lui la saison théâtrale, ces collaborations réussies pourront nous servir d’exemples dans le quotidien culturel qui reprendra son cours.

Hans Ulrich Glarner, chef de l’Office de la culture


Informations supplémentaires

Inscrivez-vous et tenez-vous au courant des activités de l'Office de la culture

 


Mon panier ([BASKETITEMCOUNT])

Informations sur ce site Internet

https://www.erz.be.ch/erz/fr/index/direktion/organisation/amt_fuer_kultur/archive/ausgabe_6_2014.html