Domaine de recherche

Mots-clés de A à Z

Navigation




Edition 4/2018

Inestimable 

Pour moi, l’examen des dossiers de candidature et les entretiens d’embauche constituent l’une des tâches les plus belles et les plus passionnantes d’une fonction de direction. Ils donnent le privilège de découvrir des personnes intéressantes et leurs parcours. Je suis conscient depuis longtemps de l’importance des décisions en matière de personnel. Aucune autre décision n’a autant de conséquences sur l’accomplissement du travail. Il vaut donc la peine d’investir beaucoup de temps et d’efforts dans ce processus. 

Un peu partout dans le pays, des élections auront bientôt lieu lors des prochaines assemblées générales de plusieurs institutions culturelles. Elles méritent tout autant qu’on y investisse temps et efforts. Opter pour une solution par défaut lorsqu’il s’agit de pourvoir un siège vacant peut nettement affaiblir le pouvoir d’un comité directeur ; un mauvais choix en termes de présidence peut avoir des conséquences encore plus désastreuses. Lors d’élections pour des fonctions bénévoles, on a souvent tendance à porter moins d’attention à l’étude des candidats ou à agir par commodité. Mais c’est justement pour les engagements non payés qu’il faut faire preuve du plus grand soin. En fin de compte, le bénévolat dans la culture est un bien extrêmement précieux. Quiconque s’engage bénévolement ne souhaite pas se voir enfermer dans un carcan, ni perdre son temps pour des broutilles. Il convient d’atteindre un équilibre entre obligations et plaisir. Celui qui travaille à titre gratuit et met son expertise à profit souhaite voir le fruit de son engagement, trouver un sens à ses actions et donner du sens à sa fonction. Mais les bénévoles désirent avant tout œuvrer dans la joie, ce qui implique que soient élues des personnes remarquables au sein des organes directeurs. Je me souviendrai toujours d’un président de fondation engagé qui plaçait notre travail sous la devise « niente senza gioia » (on n’atteint rien sans joie). Avec lui, nul ne devait se faire de soucis quant à un manque d’engagement de la part des bénévoles et, partant, au succès de la fondation.

Un entretien d’embauche est vraiment fructueux lorsque les deux parties décident de s’engager l’une envers l’autre, ce qui devrait presque toujours être le cas pour les fonctions bénévoles. Exercer une présidence ou une charge au sein d’un comité directeur dans cet esprit est tout simplement inestimable. 

Hans Ulrich Glarner, chef de l’Office de la culture


Informations supplémentaires

 


Mon panier ([BASKETITEMCOUNT])

Informations sur ce site Internet

https://www.erz.be.ch/erz/fr/index/direktion/organisation/amt_fuer_kultur/archive/ausgabe_4_2018.html