Domaine de recherche

Mots-clés de A à Z

Navigation




Edition 7/2016

En avant !

Il m’arrive de traverser à reculons le parc de la Grosse Schanze à Berne, de préférence en dehors des heures de pointe. Loin de me laisser perturber par les regards surpris des passants, je suis concentré. Un pied à la fois, je m’éloigne de mon point de départ, auquel je fais face, et m’approche de mon but, auquel je tourne le dos. Mon appareil psychomoteur tourne à plein régime et mes sens sont en éveil pour parvenir à maintenir le cap et être prêt à réagir à un pas, une voix ou un obstacle. En me mouvant ainsi, je fais face au chemin parcouru, mais mon attention accrue est focalisée sur tout ce qui est à venir, dans mon dos. En général, c’est le contraire. Quand je me déplace, je me concentre sur ce qui se présente devant moi mais mes pensées sont bien ailleurs. Comment l’idée de marcher à reculons m’est-elle venue, vous demandez-vous ? Récemment, dans le cadre des 150 ans de l’association visarte, le public a marché à reculons de la place Fédérale à la Kunsthalle et des orateurs ont prononcé d’étranges discours – à l’envers.

Alors que je tire le bilan de l’année qui touche à sa fin, je ne suis pas envahi par la nostalgie, même si les moments d’exception et les précieuses rencontres ont clairement dominé l’année culturelle bernoise. Je pense par exemple à cette importante étape politico-culturelle : après plusieurs années de négociations, les parties impliquées de toutes les régions ont signé 63 contrats de prestations réglant le financement de 63 institutions culturelles par les communes-sièges, les régions et le canton. Cette mesure est inédite en Suisse et attribue à l’activité de ces institutions une responsabilité plus étendue. Dans le cadre des négociations, l’Office de la culture a dialogué avec des dizaines de Bernois et Bernoises de toutes les parties du canton. Nous avons débattu et travaillé ensemble afin d’élaborer une fondation commune pour le financement culturel dans le canton.

Au-delà des moments historiques, c’est le travail quotidien au sein de l’Office de la culture qui m’a enrichi en cette année 2016, avec ces collaborateurs et collaboratrices qui accomplissent avec engagement, savoir-faire et collégialité les tâches qui leur sont confiées dans les domaines de l’archéologie, des monuments historiques et de l’encouragement des activités culturelles. C’est à eux que j’adresse mes plus chaleureux remerciements.

Si je ne me laisse pas envahir par la nostalgie, je tente toujours d’analyser et de comprendre le passé afin de me préparer au mieux pour l’avenir. Aussi, j’aborde la nouvelle année tous les sens éveillés et reconnaissant pour tout ce qui me rend attentif, sensible, confiant et déterminé. La nostalgie d’un passé meilleur semble très tendance de nos jours. L’homme éclairé, lui, se tourne vers l’avenir.

Hans Ulrich Glarner, chef de l’Office de la culture 


Informations supplémentaires

 


Mon panier ([BASKETITEMCOUNT])

Informations sur ce site Internet

https://www.erz.be.ch/erz/fr/index/direktion/organisation/amt_fuer_kultur/archive/ausgabe-7-2016.html