Domaine de recherche

Mots-clés de A à Z

Navigation




Que fait donc une conseillère technique ?

Entretien avec Dominique Plüss

Dominique, tu travailles depuis janvier 2010 au Service des monuments historiques du canton de Berne en tant que conseillère technique. Que fais-tu exactement ?

Je ne fais pas le même travail selon que je suis au bureau ou à l’extérieur. Quand je suis à l’extérieur, j’ai en général six à huit rendez-vous. Je discute des projets de construction avec les maîtrises d’ouvrage et, si nécessaire, avec des représentants des autorités. On examine ensemble les parties du bâtiment auxquelles il faut particulièrement faire attention du point de vue des monuments historiques et on envisage les solutions possibles. J’émets aussi des suggestions, par exemple sur les matériaux. Quand je suis au bureau, je m’occupe des questions soulevées à l’extérieur pour lesquelles je dois parfois encore éclaircir un point ou l’autre. Sinon je traite les demandes de permis de construire, calcule les subventions, rédige les rapports techniques – et je téléphone beaucoup, énormément.

Dominique Plüss travaille depuis janvier 2010 comme conseillère technique au Service cantonal des monuments historiques.

Agrandir l'image Dominique Plüss travaille depuis janvier 2010 comme conseillère technique au Service cantonal des monuments historiques.

Quels sont les projets de construction qui atterrissent chez toi ? Si je souhaite transformer une maison, ma demande de permis de construire ne va-t-elle pas automatiquement au Service des monuments historiques ?

Non, je reçois seulement les demandes concernant des maisons considérées comme des objets cantonaux dans le recensement architectural. Celles-ci nous parviennent automatiquement. De nombreux propriétaires prennent spontanément contact avec nous quand ils envisagent de transformer leur bien.

Admettons que je souhaite transformer une maison d’habitation construite en 1900 figurant dans le recensement architectural en tant qu’objet cantonal et que j’adresse une demande de permis de construire à la commune. Que se passe-t-il alors?

Lorsqu’une commune reçoit une demande de permis de construire, le service administratif concerné doit demander des rapports techniques auprès de divers services spécialisés, par exemple à l’Office des ponts et chaussées, l’Office de la protection des eaux, l’Assurance immobilière. L’un d’entre eux est le Service des monuments historiques.

Que contient le rapport élaboré par le Service des monuments historiques ?

Le projet de construction est examiné du point de vue de la conservation des monuments et nous formulons nos requêtes. Souvent, les interventions prévues ne posent aucun problème en ce qui nous concerne. Cependant, certains plans doivent parfois être adaptés avant que le projet puisse être autorisé.

Le rapport est ensuite retourné à la commune ?

Oui et celle-ci informe la maîtrise d’ouvrage. Quand le rapport contient des obligations qui la concerne, elle prend contact avec nous pour un entretien.

Combien de fois dois-tu te rendre sur le chantier lors d’une transformation ?

Cela dépend de l’objet et de l’ampleur de l’intervention. Pour certains objets, une fois suffit. Pour d’autres, il est nécessaire d’offrir conseil et encadrement pendant des mois. Il arrive aussi que les travaux réservent des surprises. On peut par exemple découvrir une précieuse tapisserie sous des lambris. Dans ce cas, on discute sur place de la suite à donner.

Et que se passe-t-il lorsque les propriétaires de la maison préfèrent un mur blanc à une précieuse tapisserie que les travaux ont mise au jour ?

Dans ce cas, on ne la fait pas apparaître mais on s’arrange pour qu’elle soit préservée, pour autant que cela soit possible. Dans 50 ans, les habitants de la maison voudront peut-être restituer cette tapisserie. On pourra alors la faire ressortir. Nous cherchons à ce que des éléments de valeur ne soient pas détruits uniquement parce qu’ils ne plaisent pas ou ne sont pas adaptés au cadre de vie.

Mais si je veux démolir le mur avec la précieuse tapisserie pour agrandir la salle de séjour, peux-tu m’en empêcher ?

Le Service des monuments historiques n’est pas l’autorité d’octroi du permis de construire, c’est seulement un service spécialisé. La décision relève de la commune et de la préfecture. Si celles-ci ne tiennent pas compte de nos requêtes, nous pouvons déposer un recours qui, dans certains cas, peut aller jusqu’au Tribunal fédéral. Toutefois, cela n’arrive presque jamais. En général, on trouve des solutions qui satisfont les propriétaires et sont aussi correctes pour la maison. Mais cela prend parfois du temps.

Fais-tu aussi des recherches scientifiques, par exemple historiques, sur les édifices dont tu t’occupes ?

Malheureusement je n’ai guère le temps pour cela. Les conseillers en construction travaillent avec l’unité Recherche et documentation du Service des monuments historiques, souvent aussi avec des restaurateurs, c’est-à-dire des spécialistes qui peuvent donner des renseignements sur l’âge d’un élément, sur les fresques, les matériaux ou la faisabilité d’une restauration.

Comment devient-on conseillère technique ?

Il y a différentes possibilités. Personnellement je suis architecte. J’ai effectué un apprentissage de dessinatrice en bâtiment avant de suivre les cours de la Haute école spécialisée dans la section architecture. Je viens également de terminer des études en sciences culturelles. Je me suis en outre spécialisée ces dernières années en photographie architecturale. 

Tu as travaillé 20 ans comme architecte. Pourquoi une architecte aussi expérimentée que toi s’engage-t-elle dans le Service des monuments historiques ? Les architectes ne veulent-ils pas d’abord créer du neuf ?

Au début de ma carrière professionnelle, j’ai travaillé cinq ans sur des bâtiments nouveaux. Puis, pendant 15 ans, je n’ai presque fait que transformer des maisons, pour la plupart placées sous la protection du patrimoine. Dans les anciennes bâtisses, on trouve régulièrement des traces diffuses de nos ancêtres et il faut décider lesquelles doivent rester, sont importantes pour la maison, pour son caractère, son atmosphère. Cela m’intéresse. Enfant, j’étais déjà fascinée par les vieilles demeures.

 


Informations supplémentaires

 


Mon panier ([BASKETITEMCOUNT])

Informations sur ce site Internet

http://www.erz.be.ch/erz/fr/index/kultur/denkmalpflege/bau-_und_ortsbildpflege/bauberatung/arbeitsalltag.html