Domaine de recherche

Mots-clés de A à Z

Navigation




Actualités 2017

Les ruines restaurées de l'église de Goldswil. © J. C. Plattner, Adliswil 2017

Agrandir l'image Les ruines restaurées de l'église de Goldswil. © J. C. Plattner, Adliswil 2017

Inauguration des ruines de l’église à Goldswil

Le premier week-end de juillet, la commune de Ringgenberg inaugure, par une grande fête, les ruines fraîchement restaurées de l’église située sur la colline de Goldswil. Les travaux engagés de 2015 à 2017 furent le fruit d’une étroite collaboration entre la Commune et le Service archéologique du canton de Berne.
Depuis peu, un parcours ponctué de stèles d’information relie les ruines de l’église à d’autres monuments de la commune de Ringgenberg. En outre, deux nouveaux dépliants du Service archéologique sont consacrés à l’histoire et la restauration des vestiges de l’église de Goldswil et des ruines du château de Ringgenberg.

Dépliant des vestiges de l'église de Goldswil (PDF, 3 Mo, 2 pages) (en anglais)

Dépliant des ruines du château de Ringgenberg (PDF, 3 Mo, 2 pages) (en anglais)

  

Plan de masse et reconstitution du sanctuaire situé sur le « Gumpboden » d’après les résultats des fouilles de 1937/38. © Reconstruction L’Histoire suisse en images. La Suisse antique, vol. 3; © Plan : archive du Service archéologique du canton de Berne ; adaptation graphique Institut des sciences archéologiques de l’Université de Berne.

Agrandir l'image Plan de masse et reconstitution du sanctuaire situé sur le « Gumpboden » d’après les résultats des fouilles de 1937/38. © Reconstruction L’Histoire suisse en images. La Suisse antique, vol. 3; © Plan : archive du Service archéologique du canton de Berne ; adaptation graphique Institut des sciences archéologiques de l’Université de Berne.

Fouilles à Studen/Petinesca –
un projet de coopération avec l’Université de Berne

Le sanctuaire romain situé sur le « Gumpboden » près de Studen/Petinesca fut un important centre religieux qui rayonna bien au-delà des frontières régionales. En août 2017, l’Institut des sciences archéologiques de l’Université de Berne mène une fouille archéologique en collaboration avec le Service archéologique cantonal dans le but de répondre à certaines questions de la recherche actuelle.

Le sanctuaire a fait l’objet de fouilles étendues une première fois dans les années 1937/38.
À l’époque, six temples à galerie romains, trois chapelles ainsi qu’un bâtiment comportant plusieurs pièces (destinées au banquet ?) ont pu être documentés.
Le but des nouvelles recherches est de mettre en évidence des aménagements antérieurs d’époque laténienne et des traces de pratiques religieuses dans le sanctuaire romain.
Durant les fouilles de l’espace sacré, il sera possible de suivre les travaux au moyen d’une webcam dans le Nouveau Musée Bienne. Des ateliers spécifiques au musée suivront.

 


 

Moosseedorf, Moossee. Ein Überblick über 160 Jahre Pfahlbauforschung. © Service archéologique du canton de Berne.

Agrandir l'image Moosseedorf, Moossee. Ein Überblick über 160 Jahre Pfahlbauforschung. © Service archéologique du canton de Berne.

Vernissage du livre
Jungsteinzeitliche Siedlungen am Moossee
und ein Einbaum

Quelque 160 ans après la découverte du premier habitat palafittique le Service archéologique du canton de Berne publie une vue d’ensemble actualisée des vestiges et des trouvailles préhistoriques du Moossee. On profita d’y intégrer les résultats de l’étude des fouilles de sauvetage entreprises dans l’actuelle plage en 2011.
Richement illustré l’ouvrage «Moosseedorf, Moossee. Ein Überblick über 160 Jahre Pfahlbauforschung» sera présenté  le 24 août 2017 vers 18h30 à la plage de Moosseedorf, une semaine avant la fête de jubilé des 775 ans de la commune. À cette occasion, l’auteur principal Christian Harb donnera une conférence publique qui évoquera les principaux résultats de ce projet d’étude.

Données de l’ouvrage
Christian Harb, Moosseedorf, Moossee. Ein Überblick über 160 Jahre Pfahlbauforschung. Bern 2017. En tout 150 p. avec 133 ill. Prix: CHF 25.–. ISBN 978-3-9524659-3-6. À retirer auprès du Service archéologique du canton de Berne, adb@erz.be.ch, 031 633 98 00.

  

Couverture archéologie bernoise 2017. © Service archéologique du canton de Berne

Agrandir l'image Couverture archéologie bernoise 2017. © Service archéologique du canton de Berne

Vernissage du nouvel annuaire
« Archéologie bernoise 2017»

Des bains thermaux modernes et de l’ère romaine, des colonies lacustres néolithiques et de l’âge du bronze, des nécropoles de l’époque romaine et du Moyen-Age : L’année 2016 n’a pas manqué de diversité pour le Service archéologique du canton de Berne. Les découvertes les plus intéressantes de l’année seront recensées dans l’annuaire « Archéologie bernoise 2017 ».

Table des matières (PDF, 668 Ko, 3 pages)

L’annuaire illustré « Archéologie bernoise 2017» sera présenté le 28 juin 2017 à l’hôtel de ville d’Unterseen. La présentation des deux nécropoles romaines découvertes à Unterseen et Allmendingen qui font l’objet d’un compte rendu exhaustif dans l’annuaire, sera le point d’orgue de la manifestation.

Invitation au vernissage (PDF, 795 Ko, 1 page) 

Archäologie Bern / Archéologie bernoise. Jahrbuch des Archäologischen Dienstes des Kantons Bern 2017 / Annuaire du Service archéologique du canton de Berne 2017. Berne 2017. 304 pages, 400 illustrations en couleur. Prix : CHF 56.–. ISBN 978-3-9524659-2-9.
À retirer en librairie ou auprès de Verlag RubMedia, Tél. 031 380 14 80.

   

Innertkirchen, Zum See. Dans le terrain, le replat qui accueille les bâtisses de l’alpage domine la vallée de Gadmen ; à l’arrière-plan, on devine la vallée de Hasli et le lac de Brienz. © Service archéologique du canton de Berne, Peter Liechti.

Agrandir l'image Innertkirchen, Zum See. Dans le terrain, le replat qui accueille les bâtisses de l’alpage domine la vallée de Gadmen ; à l’arrière-plan, on devine la vallée de Hasli et le lac de Brienz. © Service archéologique du canton de Berne, Peter Liechti.

Nouvelle publication consacrée aux habitats alpestres abandonnés de l'Oberland bernois

Depuis des siècles, les alpages de la région de l'Oberhasli, dans l'Oberland bernois oriental, accueillent du bétail d'estive et produisent du fromage. Les vestiges d'anciens bâtiments alpestres laissés à l'abandon sont souvent encore perceptibles dans le terrain grâce à leurs murs écroulés. Près de 400 ruines de ce genre, construites en pierre sèche, ont été documentées par le Service archéologique du canton de Berne au cours de prospections. Elles témoignent de la grande diversité du bâti historique de l'économie alpestre. L'Association suisse châteaux forts et le Service archéologique du canton de Berne se sont associés dans la publication des fascinants résultats de cette étude scientifique interdisciplinaire.

L'auteure, Brigitte Andres, présente – dans le cadre du cycle de conférences du Berner Zirkel für Ur- und Frühgeschichte – les résultats de son travail, fruit d'une thèse de doctorat soutenue à l'Université de Zurich : le jeudi 12 janvier 2017, à 18h30, dans le bâtiment principal de l'Université de Berne, auditoire 201, Hochschulstrasse 4. Daniel Gutscher, de l'Association suisse châteaux forts, introduira le sujet.

Données de l'ouvrage : Brigitte Andres, Alpine Wüstungen im Berner Oberland. Ein archäologischer Blick auf die historische Alpwirtschaft in der Region Oberhasli. Schweizer Beiträge zur Kulturgeschichte und Archäologie des Mittelalters 42, Bern 2016. – Prix : CHF 68.–. ISBN 978-3-908182-26-9. Disponible auprès de l'Association suisse châteaux forts (061 361 24 44, info@burgenverein.ch) ou en librairie.

Communiqué de presse

 

Innertkirchen, Zum See. Dans le terrain, le replat qui accueille les bâtisses de l’alpage domine la vallée de Gadmen ; à l’arrière-plan, on devine la vallée de Hasli et le lac de Brienz. © Service archéologique du canton de Berne, Peter Liechti.

Agrandir l'image Innertkirchen, Zum See. Dans le terrain, le replat qui accueille les bâtisses de l’alpage domine la vallée de Gadmen ; à l’arrière-plan, on devine la vallée de Hasli et le lac de Brienz. © Service archéologique du canton de Berne, Peter Liechti.

Vernissage de l'ouvrage  - Alpine Wüstungen im Berner Oberland

Depuis des siècles, les alpages de la région de l'Oberhasli, dans l'Oberland bernois oriental, accueillent du bétail d'estive et produisent du fromage. Les vestiges d'anciens bâtiments alpestres laissés à l'abandon sont souvent encore perceptibles dans le terrain grâce à leurs murs écroulés. Près de 400 ruines de ce genre, construites en pierre sèche, ont été documentées par le Service archéologique du canton de Berne au cours de prospections. Elles témoignent de la grande diversité du bâti historique de l'économie alpestre. L'Association suisse châteaux forts et le Service archéologique du canton de Berne se sont associés dans la publication des fascinants résultats de cette étude scientifique interdisciplinaire.

L'auteure, Brigitte Andres, présente – dans le cadre du cycle de conférences du Berner Zirkel für Ur- und Frühgeschichte – les résultats de son travail, fruit d'une thèse de doctorat soutenue à l'Université de Zurich : le jeudi 12 janvier 2017, à 18h30, dans le bâtiment principal de l'Université de Berne, auditoire 201, Hochschulstrasse 4. Daniel Gutscher, de l'Association suisse châteaux forts, introduira le sujet.

Données de l'ouvrage : Brigitte Andres, Alpine Wüstungen im Berner Oberland. Ein archäologischer Blick auf die historische Alpwirtschaft in der Region Oberhasli. Schweizer Beiträge zur Kulturgeschichte und Archäologie des Mittelalters 42, Bern 2016. – Prix : CHF 68.–. ISBN 978-3-908182-26-9. Disponible auprès de l'Association suisse châteaux forts (061 361 24 44, info@burgenverein.ch) ou en librairie.

 

Reconstruction de l’imposante villa romaine de Bümpliz vers 200 ap. J.-C. (détail).
© Service archéologique du canton de Berne, Max Stöckli.

Agrandir l'image Reconstruction de l’imposante villa romaine de Bümpliz vers 200 ap. J.-C. (détail). © Service archéologique du canton de Berne, Max Stöckli.

Parcours générationnel – Archéologie à Bümpliz

Cette année, la ville de Berne célèbre le 1000e anniversaire de Bümpliz. Des sites archéologiques attestent toutefois que ce quartier multiculturel, situé à l’ouest de Berne, est bien plus ancien. Des générations d’hommes et de femmes ont habité ici, dont quelques-unes ont laissé leurs traces : vestiges de la villa romaine, sépultures du Haut Moyen Âge, l’ancien et le nouveau château, l’église Saint-Maurice.
Avec le projet en plusieurs parties « Parcours générationnel – Archéologie à Bümpliz », le SAB, en collaboration avec l’université de Berne, participe au jubilé de Bümpliz, qui sera célébré par une fête du 19 au 21 août 2016. Au fil du parcours générationnel entre le Bienzgut et la résidence pour personnes âgées Domicil Baumgarten, on peut découvrir quatre nouvelles stèles d’information, douze boîtes à découverte pour les enfants, de même que des objets exposés au Bienzgut et au centre paroissial.

Brochure (PDF, 3 Mo, 11 pages) disponible auprès du Service archéologique, adb@erz.be.ch, +41 31 633 98 00, ou de la bibliothèque au Bienzgut.

Vous trouverez ici (PDF, 335 Ko, 2 pages) un programme général d’activités et d’offres.

D’autres informations sous www.generationenweg.ch et www.zeitspur.ch

 


Informations supplémentaires

 


Mon panier ([BASKETITEMCOUNT])

Informations sur ce site Internet

http://www.erz.be.ch/erz/fr/index/kultur/archaeologie/aktuell/archiv_medienmitteilungen/aktuell-2017.html